page 1 / 3 >>
 
ACULEUSITE

Qui veut lyncher un Chile l’accuse de l’aculeusite. (L'aculeusite est une maladie commune aux Humains et aux Chiles.)
La Vérité est l'aculeusite du sage. (L'aculeusite est une maladie des os qui, chez l'homme, fait pousser des épines sur le squelette.)

 
ALCOOL

Qui vit en Hodgqin reste sobre.

 
CHILES

En tout Chile sommeillent un géomètre et un mathématicien.
 Si les Chiles sont les meilleurs cartographes, les Humains font de meilleurs enlumineurs.
 Il n’est pas de Chile sans défaut.
 Le vrai moyen d’être abusé est de se croire plus fin qu’un Chile. (La réputation des Chiles est d’avoir une intelligence métrique mais grossière.)
 S’il faut baiser le cul d’un Chile, mieux vaut aujourd’hui que demain.
 Un Chile ne saurait tuer l’Humain qui cherche refuge auprès de lui.
 Le Chile étouffe dans l’homme. (Inscription alromaine, sur une nef.)
 Les Chiles sont le reflet irritant de nos impuissances.
La raison chez un Chile effraie plus que sa force.
Un Chile peut être félon, mais il n'est jamais sot.

 
CLAL

Qui a bu à la source du fleuve Clal peut se dire invincible. (Souvent, on se contente de prononcer la première partie de la maxime.)
 Un Humain : « Le Clalma est pur car nous nous baignons dedans. » A quoi répond le Chile : « Non, il est si sale que même les microbes ne peuvent y survivre ! »

 
CRAINTE

Dans la crainte, hier est le jour des Chiles, aujourd'hui le jour des Hodgqins, demain le jour des Humains.

 
ELERAK

Seuls les cailloux pleurent la mort d’un elerak.
 Les eleraks font de mauvais époux.

 
FEJIJ

Le jejij est un monde enfermé dans un jeu.
 Le fejij, c'est de la pensée sur de l'espace. (Kasul.)
 Le fejij est une mer dans laquelle un moucheron peut boire, et un éléphant se noyer.
Si on décide que le fejij n’a pas de valeur, alors il en est totalement dépourvu ; mais si on décide de lui en attribuer, c’est un jeu d’une valeur absolue.
La gourmandise n’apporte pas la victoire. (C’est-à-dire : détruire l’équilibre apporte la défaite.)
 La leçon la plus importante de la pratique assidue du fejij est d’incorporer sans cesse ce que l’on tient pour vrai dans la réalité d’autrui, pour en confronter l’essence, à la manière d’un coup confronté à la tactique adverse. C’est ainsi que le fejij produit les sages.
Le Chile connaît le monde dans la mesure où il connaît le fejij ; sa profondeur se dévoile à lui dans la mesure où il s’étonne de la complexité de son jeu.
 Elaborer une stratégie de fejij est peindre avec du vide.
Le savoir naît de la séparation, de la régulation, de la contrainte (leçon d'un tassiïm).

 
FOI, RELIGION

Se pourrait-il qu’il en soit des religions comme des espèces animales ? Que l’une chasse l’autre ainsi qu’un animal mieux adapté à son milieu ?
 Les théologiens sont des ânes mâchant des paradoxes.
La foi est un voile posé sur la réalité des choses, qui peut prendre plusieurs couleurs : verte pour le Panslam, pourpre pour l’Escopalisme, noire pour le Chill.
Le monde est la prison des croyants et le paradis des infidèles. (Dicton panslamiste.)
Un Chile qui discute de théologie est comme un pied qui voudrait parler. (Dicton escopalien.)
Chez les Humains, l'espoir est une vertu d'esclave. (Dicton chile.)
Les Chiles sont leurs propres dieux, mais ils n’ont pas la foi ; voilà ce qui nous sauve, nous autres Humains.
Le salut des Chiles est de ne jamais l'attendre.

 
FOLIE

Voir Sagesse.

 
GUERRE

Si tu vois sourire un Chile, prépare la guerre.
Les Hommes sont poussière. Et les Chiles, des plumeaux.
Toujours frapper un Chile au plus près. (Proverbe humain du VIIIe siècle.)

 
HODGQINS

Un Chile dans le jardin humain et le jardin dépérit, un Homme dans le jardin chile et le jardin dépérit, un Chile dans le jardin hodgqin et le jardin dépérit, un Hodgqin dans les autres jardins et le Hodgqin dépérit. (Les Hodgqins ne sont pas de grands voyageurs.)
Un optimiste verra le verre à moitié plein, un pessimiste le verre à moitié vide. Un Hodgqin, lui, verra un verre deux fois trop grand...
Les Hodgqins montrent à vivre aux hommes, car ils vivent à propos.
Les Hodgqins ont tous les talents, mais aucun génie.
Le défaut des Hodgqins est de faire de la prudence, qui n'est qu'une qualité, une vertu.

 
HUMAINS

Les Humains ne sont que nombre. (Proverbe chile.)
 Ne te fie pas aux Humains, fie-toi seulement à leurs intérêts. (Proverbe hodgqin.)

 
   page 1 / 3 >>