UNIVERS
LES CONQUÉRANTS D'OMALE

Les conquérants d'Omale
Omale : le plus grand artefact de l'univers. Depuis des siècles, la guerre fait rage entre les trois espèces qui peuplent sa surface.
A l'ouest, le front qui oppose les Humains aux Chiles s’étend sur vingt mille kilomètres et mobilise cent cinquante millions d’hommes. Une offensive chile a été repoussée, mais pour combien de temps ? Une mission secrète va peut-être changer la face du front... Dans un autre coin du monde, une catastrophe sans précédent frappe Omale : une nuit inexplicable et permanente avance à la vitesse d’un cheval au galop, congelant tout sur son passage. Et personne ne sait comment enrayer ce phénomène. La solution viendra peut-être de ces créatures mystérieuses qui progressent au sein de la nuit... Tandis qu'à des millions de kilomètres, le seul îlot de paix au sein de cet Age Obscur semble menacé par un complot.

Trois destins, trois fils qui se rejoignent pour former la trame d'une gigantesque fresque.


Deuxième partie :
Loin du front

Un Humain possédait un champ. Un Chile arriva et l’Humain dit, afin de préserver son bien :
— J’ai empoisonné la terre.
Le Chile repartit et l’Humain retourna chez lui, mangea et s’endormit. Le lendemain, il retourna dans son champ et y trouva à nouveau le Chile.
— Que fais-tu encore là ? répéta-t-il. J’ai empoisonné la terre.
Le Chile sortit du champ en déclarant :
— Moi aussi.

Quatrième partie :
Les Vestiges

Un proverbe dit que les Chiles et les Hodgqins existent Pour nous enseigner que nous sommes les maîtres de notre destin.
Alors pourquoi cette sensation dérangeante qu’en leur faisant la guerre, nous nous éloignons du Grand Dessein ?
Peut-être cette sensation est-elle notre plus grand obstacle, et que ce qu’il faut extirper N’est pas autre chose que cela.

Cinquième partie : Sobole

Dans le Jeu des Relations réside la sagesse chile,
Dans ses nefs majestueuses, sa fierté et son savoir immenses,
Dans l’Histoire, ses plus grandes fautes.

Septième partie : En Gare

Éviter de juger une reh à l’aune des normes anthropomorphiques est un exercice difficile, l’un des plus durs qui soient. C’est effacer ses traces, se dévêtir de sa propre peau, mettre à nu tout ce qu’on croyait universel de prime abord. Les individus qui possèdent ce don sont peu nombreux. Et les sociétés qui leur permettent d’accéder aux postes de décision, plus rares encore.
Extrait d’un texte anonyme circulant à Skernab.
 
Huitième partie : Le Lac Stadt

Dans l’art réside la sagesse humaine,
Dans le chemin de fer, sa plus belle conquête,
Dans ses désirs insatisfaits, sa plus grande malédiction.

Dixième partie : Où meurt le Ressac

Chaque reh est convaincue d’être le Lac même de la vie. Les Bordures sont leur grève où meurt le ressac dans le fracas des armes. Là réside la forme des Âges Obscurs.
Extrait de La Grande Nuit d’Omale, de l’historien Qwhel’Octe-de-Vemees (861 CC).