Search   
 AB   CD   EF   GH   IJ   KL   MN   OP   QR   ST   UV   WX   YZ
Résultat de la recherche pour le mot : hodgqin << page 2 / 8 >>
 
Chile

Une des rehs d'Omale, principal adversaire des Humains.

1) Morphologie :
Env. 2,40 mètres de haut ; tête camuse aux traits asymétriques, à mâchoires verticales fendant le bas du visage jusqu’au menton, langue = deux palpes aplatis, saillant de l’intérieur des joues au niveau des maxillaires inférieurs ; organes photorécepteurs ou taches oculaires ; deux jambes massives aux articulations déjetées, largement écartées par rapport au tronc divisé en segments pectoraux (antépectoral, postpectoral et contrepectoral) et abdominaux (antéabdomen et postabdomen), rattachés à deux rachis vertébraux ; épiderme marbré rouge et bleu-sang, cumulant les sens du tact et de l'odorat et parsemé de plaques ; appendice manuel à quatre palpes digitaux, l’extrémité de l’appendice formant un pouce opposable.

2) Physiologie :
La place des organes n'est pas fixe, et dépend du développement foetal. En guise de tube digestif, chapelet stomacal dont chaque poche contient un micro-organisme particulier (la mousse rouge qui croît sur les morts provient de la 1ère poche) ; sang bleu, qui se gélifie au contact de l’air. Les Chiles sont bisexués. Les mâles se reproduisent assez tard dans leur vie, l'acte se passant en deux temps (voir fayyanirïl). Après 25 semaines de grossesse, les bébés naissent par paires, mais les couples d’enfants ne sont pas homozygotes : la mère a deux poches utérines qui doivent être fécondées séparément, sinon l’enfant unique meurt d’un excès d’hormones de croissance diffusées par la mère, seul un enfant exceptionnellement vigoureux pouvant survivre à l’unicité (rochile) ; le foetus incube quatre autres mois dans une chrysalide ou gárban ; au niveau cellulaire : ADN triplex, c.a.d. à trois brins ; le stigmate qu’un mâle a procréé est la soudure interpectorale.

3) Culture :
Les Chiles sont plus individualistes que les Humains et les Hodgqins, même s'ils vivent en communauté (voir xaímehadenr). Leur langue se divise en deux groupes, le haut-chile et le bas-chile. Les Chiles ne portent pas de vêtements mais un harnais ou samuddam. Leur pratique sociale dominante est le jeu de fejij. Leur écriture est particulièrement complexe.

 
Chill

Religion chile qui ne se fonde sur aucun texte, mais résulte de la pratique du fejij. Il s’exerce au quotidien en tant qu'autodiscipline, comme moyen d’acceptation du monde tel qu’il est et d’acceptation de soi-même, les Chiles n’ayant ni la capacité de rêver des Humains, ni l’occultation des Hodgqins. Le Chill, à l’inverse de la plupart des religions humaines non chamaniques, ne considère pas le monde comme sordide.
L'un des aspects pratiques du Chill est la domestication de la douleur, qui a poussé les Humains à l'appeler le Culte des Tourments.
Le chill (sans majuscule) désigne la reh chile.

 
Citrulle

Sorte de melon sucré-salé, que l’on trouve sur la frontière humano-hodgqine.

 
Cosmologies

Cosmologies humaines : Elles sont innombrables. La platitude apparente d’Omale a inspiré de nouvelles cosmologies (voir celle des Perceurs de Carb), ou altéré le dogme de religions existantes : chez les tenants de la Vraie Foi comme les Escopaliens et les Panslamistes, Omale est infiniment plat et constitue l’univers tout entier ; il a été créé directement par Dieu il y a six mille ans, aussi les Adorateurs d’Héliale ou les Théographes, qui révèrent les Vangk censés être à l’origine d’Omale et de son peuplement par les rehs, sont-ils considérés comme hérétiques. La cosmologie de sectes marginales (par exemple les moines de Ramo), est plus conforme à la réalité physique d’Omale, en décrivant le monde comme une sphère creuse. Voir religions.
Quant aux cosmologies rationnelles, elles ont régressé au stade mécaniste, plus adapté aux moyens primitifs d’appréhender d'univers. Jusqu’au XVIe siècle, la plupart des savants limiteront l’univers à la coquille d’Omale. En revanche, l’existence de deux planétoïdes de l'espace intérieur d'Omale, les Captives, est attestée dès les premiers siècles et a été redécouverte plusieurs fois au cours des âges.

Cosmologies hodgqines : Les Hodgqins n’ont pas, dans leur culture, de mythes archaïques aussi élaborés que ceux des autres rehs. C'est aussi valable pour les cosmologies naïves, dont les textes primitifs incluaient déjà une rationalisation. Avant, les Hodgqins n’avaient probablement jamais considéré la question digne d’être formalisée. Ces cosmologies sont d’inspiration chamanique, mais sans sorciers et plus déistes. Elles se réfèrent à une représentation psychique et collective de la nature.

Cosmologies chiles : Elles sont représentées dans le fejij. L’une des pièces de fejij, Kefahdajün, représente le Sabre qui coupe le chaos en deux, créant deux univers-plateaux, l’un masculin (Dkakjoeïr), l’autre féminin (Dkwaïjoeïrl). De la rencontre de ces deux univers, symbolisée par le plateau de jeu, naît la pensée (la vie étant une production naturelle du chaos, ne devant rien à une transcendance). Voir Chill.

 
Couimer

(Aire tripartite.) Terme d'argot humain, issu du qwee'm hodgqin relatif à l'occultation, signifiant : réfléchir.


 
Créine

(du hodgqin creiyn) : Hormone responsable du déclenchement des processus cataboliques des Hodgqins. Produite non par une glande, mais par des nodules cérébraux. La molécule annulant son effet est l'anticréine.

 
Cristaux phototropes

Constituants de la couche gazeuse de 5 à 10 cm d’épaisseur qui nappe la haute atmosphère de la Grand’Aire, se comportant comme des cristaux liquides. Leur cycle polarisation / dépolarisation assure l’alternance des jours et des nuits, en s’opacifiant et en redevenant transparents à intervalle régulier de 12 h.
Nom chile : hjaïjj. (Voir aussi fajjahjaíd.)
Nom hodgqin : qr'heen.


 
Dreseil

Animal de l'Aire hodgqine, tenant du tatou et du mille-pattes, pouvant atteindre 1,5 m. de longueur.

 
Echyn'rees

Nom hodgqin des Vangk. En général, les Hodgqins préfèrent employer le terme humain.


 
Enaddreem

Champignon arborescent hodgqin qui constitue une variété naine de l'enalareem, dont le pied carmin lui a donné son nom humain de pied-rouge.


 
Enalareem

Champignon hodgqin arborescent pouvant atteindre la taille d'un petit arbre. Pied blanc-violet. Durant la saison sèche, ses chapeaux se couvrent d’une sorte de fourrure. Variété naine : enaddreem.
Nom humain : pluricaule.


 
Ethfrag

(du hodgqin "Partage") : Empathie liée à un même champ de réalité. Force mystique censée relier toutes les rehs. L’ethfrag tient sans doute au caractère particulier du psychisme des Hodgqins, obligés de s’occulter pour assimiler les informations. Ils ont une vive conscience de la configuration en réseau de leur cerveau, et par conséquent de ses limites. L’ethfrag est une métaphore du désir d’étendre ce réseau à autrui.

 
 << page 2 / 8 >>