Search   
 AB   CD   EF   GH   IJ   KL   MN   OP   QR   ST   UV   WX   YZ
Résultat de la recherche pour le mot : secte   page 1 / 2 >>
 
Adorateurs d'Héliale

> Voir le document
Secte hermétique apparue au IVe siècle, qui place les Vangk au cœur de son système de croyance; les Vangk, aujourd’hui disparus, auraient fabriqué Omale et y auraient introduit les rehs, dans un dessein connu d’eux seuls ; la première assertion sur l’arrivée des rehs sur Omale sera acceptée par la plupart des savants au XIe siècle, ce qui n'empêchera pas Escopaliens et Panslamistes de continuer leurs persécutions à son encontre. Elle est restée clandestine des Âges Obscurs jusqu’au XVe siècle. Son emblème se compose de deux cercles radieux, le plus petit rayonnant vers l’intérieur, le plus grand vers l’extérieur. Chaque prière se termine par le vœu: « Et que toutes les rehs soient heureuses. »


 
Aparantisme

À l'origine, hérésie escopalienne selon laquelle le jardin d'Eden existe réellement sur Omale, quelque part dans une région dont la topographie reconstitue le Berceau de l’Humanité. Le nom de ce lieu est Aparanta. Les Aparantistes Edéniques se sont donnés pour mission de le trouver. L'Église a excommunié cette secte, et persécute ses membres. À partir du XIIe siècle, les prêtres aparantistes se coupent la langue dans le sens de la longueur : la "langue bifide" est le signe de l’aparantisme.

 
Arójapir

Petit insecte carnivore chile, qui ressemble à une libellule (voir ojapir).


 
Berceau

Nom du monde d'origine (mythique) de l'humanité, pour certaines sectes, son étoile portant le nom de Sol. L'Escopalisme et le Panslam sont dites ”religions du Berceau”.

 
Buisson-colle

Buisson spongieux aux feuilles de gaze enduites d'un suc collant lui permettant d'attraper de petits insectes. Présent aussi bien dans les Aires humaine et chile, son origine est indéterminée.
Nom humain : Epongeard.
Nom chile : Xedaïdraán


 
Chajarat Ibn Chajarat

Personnage légendaire humain des XIVe et XVe siècles, rédacteur du Pacte de Loplad. Célèbre au point que les Chiles ont fait une pièce de fejij portant son nom. On lui prête des aventures et des dons extraordinaires :
"On disait de lui qu’il était venu au monde les yeux grand ouverts ; que, tout juste devenu adulte, il avait tué son père en combat singulier et violé sa mère au cours d’une crise de folie ; qu’il avait fui et était devenu le premier maire-bibliothécaire de Skernab ; qu’il s’était abreuvé au venin d’un serpent et avait ainsi acquis l’immortalité ; qu’il avait fondé la secte des Adorateurs d’Héliale, fui encore, qu’il avait renié son humanité pour se convertir au Chill et, après la signature du Pacte de Loplad, qu’il avait fini ses jours dans un lieu secret où poussaient des légumes géants et des vergers fabuleux. Il était dépeint comme haineux envers tous les dieux, les prophètes et les philosophes. On l’avait doté d’une virilité fabuleuse, et dans une pièce de théâtre de foire, il faisait l’amour mille fois de suite dans le harem d’un sultan du Finest. Il aurait prédit la destruction par le feu de Loplad. Ailleurs, il aurait terrorisé des moines en leur envoyant, pour se venger de leurs mauvais traitements, un « Satan furieux ». On le prétendait capable, lorsqu’il était saoul, d’attirer les objets en fer comme un aimant." (Omale, chap. 14)


 
Cosmologies

Cosmologies humaines : Elles sont innombrables. La platitude apparente d’Omale a inspiré de nouvelles cosmologies (voir celle des Perceurs de Carb), ou altéré le dogme de religions existantes : chez les tenants de la Vraie Foi comme les Escopaliens et les Panslamistes, Omale est infiniment plat et constitue l’univers tout entier ; il a été créé directement par Dieu il y a six mille ans, aussi les Adorateurs d’Héliale ou les Théographes, qui révèrent les Vangk censés être à l’origine d’Omale et de son peuplement par les rehs, sont-ils considérés comme hérétiques. La cosmologie de sectes marginales (par exemple les moines de Ramo), est plus conforme à la réalité physique d’Omale, en décrivant le monde comme une sphère creuse. Voir religions.
Quant aux cosmologies rationnelles, elles ont régressé au stade mécaniste, plus adapté aux moyens primitifs d’appréhender d'univers. Jusqu’au XVIe siècle, la plupart des savants limiteront l’univers à la coquille d’Omale. En revanche, l’existence de deux planétoïdes de l'espace intérieur d'Omale, les Captives, est attestée dès les premiers siècles et a été redécouverte plusieurs fois au cours des âges.

Cosmologies hodgqines : Les Hodgqins n’ont pas, dans leur culture, de mythes archaïques aussi élaborés que ceux des autres rehs. C'est aussi valable pour les cosmologies naïves, dont les textes primitifs incluaient déjà une rationalisation. Avant, les Hodgqins n’avaient probablement jamais considéré la question digne d’être formalisée. Ces cosmologies sont d’inspiration chamanique, mais sans sorciers et plus déistes. Elles se réfèrent à une représentation psychique et collective de la nature.

Cosmologies chiles : Elles sont représentées dans le fejij. L’une des pièces de fejij, Kefahdajün, représente le Sabre qui coupe le chaos en deux, créant deux univers-plateaux, l’un masculin (Dkakjoeïr), l’autre féminin (Dkwaïjoeïrl). De la rencontre de ces deux univers, symbolisée par le plateau de jeu, naît la pensée (la vie étant une production naturelle du chaos, ne devant rien à une transcendance). Voir Chill.

 
Dragsaï

Animal fouisseur-tasseur chile d'environ 30 cm de long, se nourrissant de larves et d'insectes.


 
Fusionnistes

Secte issue d'un mouvement pacifiste de Loplad, qui voit dans le Dessein des Vangk l’émergence d'un être supérieur. Cet être doit être obtenu par le croisement forcé de toutes les rehs d’Omale. Le mouvement fusionniste n’a pas survécu au XIVe siècle.

 
Jubale

Oiseau au plumage noir et au bec épais de l'Aire humaine évoquant la corneille. Se nourrit de larves et de vers, parfois d'insectes et de petits rongeurs.


 
Niloufar

Espèce de grand nénuphar de l'Aire humaine, dont le pistil est comestible. Sert de nid à de nombreux insectes et reptiles.


 
Perceurs de Carb

> Voir le document
Secte dont le dogme proclame que les antipodes d’Omale sont un paradis terrestre, auquel on peut accéder si l'on perce l’épaisseur de carb qui forme le soubassement d’Omale. De l’autre côté vivent les Vangk, « au nombre d’un million de milliards ». Ce culte secret a produit de nombreuses branches plus ou moins mystiques selon le statut qu’elles accordent aux Vangk.

 
   page 1 / 2 >>