Search   
 AB   CD   EF   GH   IJ   KL   MN   OP   QR   ST   UV   WX   YZ
Résultat de la recherche pour le mot : raekah 
 
Mort

Toutes les rehs d'Omale sont soumises au processus naturel de la mort, arrêt irréversible des fonctions vitales. Le décès peut survenir par le vieillissement des organes, une maladie, ou à la suite d'un accident ou d'une agression.

1) Humains : Sur Omale, l'espérance de vie humaine est de 65 ans hors période de guerre. Après la mort, le corps se décompose, ou se momifie dans certaines conditions. Les os perdurent plus longtemps. Les Humains inhument ou brûlent leurs cadavres.

2) Chiles : L'espérance de vie est de 75 ans hors période de guerre. Les Chiles restent actifs plus longtemps que les deux autres rehs (voir urakhaneím). À sa mort, le symbiote fongique nichant dans ses poches stomacales migre vers l'extérieur, et libère ses spores (raékahïr). Sa structure osseuse et les plaques qui enrobent ses segments se dégradent très rapidement.

3) Hodgqins : L'espérance de vie est de 80 ans hors période de guerre. Néanmoins certains Hodgqins usent d'une drogue interdite pour devenir immortels (shadlees). Jadis, les dépouilles étaient incorporées dans les murs des demeures de leur clan. Communément, elles sont enterrées sans sépulture, ou grossièrement enveloppées dans des rezeilreems utilisés comme linceuls.

4) Æzirs : Personne ne connaît la longévité des Æzirs, mais on sait qu'ils sont mortels et, depuis la Guerre des Météores, vulnérables.


 
Raékahïr

Pseudo-fongus vivant dans l'une des poches stomacales de l'abdomen chile. A la mort d'un Chile, le raékahïr migre aux intersegments où il bourgeonne afin de disséminer ses spores. Voir raélamkahïr.


 
Raélamkahïr

Poussière sporagineuse de raékahïrs libérées à la mort d'un Chile. On parle de raélamkahïr lorsqu'elles forment une brume rouge.