Search   
 AB   CD   EF   GH   IJ   KL   MN   OP   QR   ST   UV   WX   YZ
Résultat de la recherche pour le mot : occultation 
 
Chill

Religion chile qui ne se fonde sur aucun texte, mais résulte de la pratique du fejij. Il s’exerce au quotidien en tant qu'autodiscipline, comme moyen d’acceptation du monde tel qu’il est et d’acceptation de soi-même, les Chiles n’ayant ni la capacité de rêver des Humains, ni l’occultation des Hodgqins. Le Chill, à l’inverse de la plupart des religions humaines non chamaniques, ne considère pas le monde comme sordide.
L'un des aspects pratiques du Chill est la domestication de la douleur, qui a poussé les Humains à l'appeler le Culte des Tourments.
Le chill (sans majuscule) désigne la reh chile.

 
Couimer

(Aire tripartite.) Terme d'argot humain, issu du qwee'm hodgqin relatif à l'occultation, signifiant : réfléchir.


 
Hodgqin

Une des trois rehs majeures d’Omale.
1) Morphologie :
De taille comparable à celle d’un être humain, les Hodgqins sont bipèdes dont les jambes, ou pèdes, sont articulées à l’envers. Dotés d’une tête brachycéphale au visage plat, et de trois paires de bras (antérieurs, médians, postérieurs) de force différente, à trois points d’articulation prenant au milieu du tronc, prolongés d’une main crochue à double-doigt (un avant-doigt et un arrière-doigt) ; visage parfaitement symétrique, doté de narines situées à la base du cou (trois paires d’évents) et de quatre pédoncules oculaires ; peau couverte de squames ou qm'eels ; à l’image de leurs sociétés, grande stabilité mais peu de variété morphologique entre les individus.
2) Physiologie :
Trois hémicardes font office de cœur ; le cerveau n’est pas centralisé, mais des groupes neuroniques se répartissent dans les sections corporelles en ganglions cérébraux hiérarchisés, qui grossissent ou s'atrophient en fonction de leur activité psychique. Celle-ci est tributaire de l'occultation, ou qwee'm. Les os, à forte proportion de silicate d’aluminium, sont dépourvus de moelle mais contiennent des groupes de cellules-souches intervenant dans le métabolisme, et 60% des ganglions nerveux. Le corps est froid en surface. Les toxines s'évacuent par les squames lors de l'ijdeen, équivalent de la transpiration. Les Hodgqins sont trisexués (mâle, femelle et tuteur) ; leur ARN ne possède pas de squelette carboné, mais se code dans des micro-cristaux. L’alcool est un poison violent (les guerriers se frottent les écailles à l’alcool pour les durcir et les transformer en cuirasse, ou pour des scarifications). En usant d'une drogue interdite, certains Hodgqins deviennent des shadlees immortels.
3) Culture :
Les Hodgqins s'inscrivent dans un système clanique complexe codifié par le yazdee'hr, l'un de ces codes consistant à peindre ses squames (loasjireil). L'art majeur hodgqin est le yædjeen, ou art des kaléidoscopes.
Voir également : ajkidje, gwilumes.


 
Hodgweil

Culte hodgqin marginal pour lequel la vie temporelle n'est qu'un état de transition entre deux occultations. Ses membres passent le plus clair de leur existence en occultation.


 
Occultation

Équivalent du sommeil chez les Hodgqins. Voir qwee'm.


 
Qwee'm

Faculté qu'ont les Hodgqins de fermer tous leurs sens à l'extérieur, afin d'ausculter leurs souvenirs et leurs processus mentaux. Un qwee'm peut durer de quelques secondes à plusieurs heures. Remplace le sommeil des Humains.
Nom humain : occultation.


 
Yædjeen

Art des kaléidoscopes. Pratique sociale et culturelle majeure chez les Hodgqins, exaltant la complexité. À l'origine, les kaléidoscopes ont sans doute été développés en tant qu'instuments pour maîtriser l'occultation.