Search   
 AB   CD   EF   GH   IJ   KL   MN   OP   QR   ST   UV   WX   YZ
 
 
Cercope

Sorte de singe hurleur des forêts chiles, cousin géant du ratsaï. La variété la plus répandue est le cercope à queue-balancier, dont le nez supporte les émanations délétères des huméas.

 
Flore

Voir Vie.
Quelques plantes de l’Aire humaine : Astérale, Chêne-verme, Oravier, Anandier, Cerisanier, Chivre, Citrulle, Cucume, Escarbier, Fripefeuille, Calfin, Gemmifère, Hélis, Ipis, Marquisan, Mégaficus, Mélongine, Pin-pavillon, Tensias, Urtie.

Quelques plantes de l'Aire chile : Elasme, Gibb, Odont, Hee, Huméa, Irmensul, Kizlian, Thord, Sazdeïr.

Quelques plantes de l'Aire hodgqine : Hawthf'eem, Loasjireil, Lietnu'eel, Enalareem, Rezeilreem, Wreeseil, Yiel'eem, Zeil.


 
Huméa

Arbre chile dégageant des vapeurs toxiques, caractérisé par ses mues d’écorce. Utilisé par les Chiles dans le cadre de leur mojrindakïr. (Nom humain : Pied-d’ornide)

 
Mojrindakïr

Programme chile d’ensemencement global. En vigueur à partir du Ve siècle, il a été utilisé jusqu’au XIVe siècle comme théorie de la guerre écologique contre les Humains et les Hodgqins. Son corollaire humain est le stadtisme. Le mojrindakïr consiste dans un premier temps à planter des forêts d'huméas, puis à en récolter l’écorce. Débitée en morceaux, celle-ci est acheminée jusqu’à la zone abiotique cible, puis les copeaux sont plantés dans le sol à raison de dix par mètre carré.
Après six mois, de la mousse est semée. La biotisation de la zone est achevée en moins d’un an. Dans les zones à ”écosystèmes étrangers”, on a appliqué cette méthode pour convertir des terres humaines ou hodgqines en terres chiles. Le mojrindakïr nécessitant une grande quantité de main d’œuvre, a provoqué le déplacement de 10% de la population chile et de 15% de la population humaine. Nom humain : PBC.
(Voir aussi : Kep tau.)


 
Oravier

Arbre très commun de l'Aire humaine à l'écorce rougeâtre, aux branches effilées et aux larges feuilles lobées. Peut pousser sur un sol maigre. Ses fruits farineux, oraves ou « pommes d'oravier », sont la nourriture favorite du bétail mais font l'ordinaire de nombreux humains. Les feuilles séchées, aromatiques, servent à la confection d'encens.
Sans que l'on sache pourquoi, l'oravier prend une teinte rouge vif au voisinage de l'huméa chile.