Search   
 AB   CD   EF   GH   IJ   KL   MN   OP   QR   ST   UV   WX   YZ
Résultat de la recherche pour le mot : carb   page 1 / 2 >>
 
Carb

Matériau inaltérable, plus résistant que le diamant, qui forme la ”coquille” d'Omale, le soubassement sur lequel s'appuie le manteau rocheux, les Lacs et la couverture végétale de la Grand'Aire. Sa composition est inconnue. D'un noir vitreux, le carb évoque du quartz. Le mot se retrouve dans de nombreuses expressions, comme « une volonté de carb ».


 
Cosmologies

Cosmologies humaines : Elles sont innombrables. La platitude apparente d’Omale a inspiré de nouvelles cosmologies (voir celle des Perceurs de Carb), ou altéré le dogme de religions existantes : chez les tenants de la Vraie Foi comme les Escopaliens et les Panslamistes, Omale est infiniment plat et constitue l’univers tout entier ; il a été créé directement par Dieu il y a six mille ans, aussi les Adorateurs d’Héliale ou les Théographes, qui révèrent les Vangk censés être à l’origine d’Omale et de son peuplement par les rehs, sont-ils considérés comme hérétiques. La cosmologie de sectes marginales (par exemple les moines de Ramo), est plus conforme à la réalité physique d’Omale, en décrivant le monde comme une sphère creuse. Voir religions.
Quant aux cosmologies rationnelles, elles ont régressé au stade mécaniste, plus adapté aux moyens primitifs d’appréhender d'univers. Jusqu’au XVIe siècle, la plupart des savants limiteront l’univers à la coquille d’Omale. En revanche, l’existence de deux planétoïdes de l'espace intérieur d'Omale, les Captives, est attestée dès les premiers siècles et a été redécouverte plusieurs fois au cours des âges.

Cosmologies hodgqines : Les Hodgqins n’ont pas, dans leur culture, de mythes archaïques aussi élaborés que ceux des autres rehs. C'est aussi valable pour les cosmologies naïves, dont les textes primitifs incluaient déjà une rationalisation. Avant, les Hodgqins n’avaient probablement jamais considéré la question digne d’être formalisée. Ces cosmologies sont d’inspiration chamanique, mais sans sorciers et plus déistes. Elles se réfèrent à une représentation psychique et collective de la nature.

Cosmologies chiles : Elles sont représentées dans le fejij. L’une des pièces de fejij, Kefahdajün, représente le Sabre qui coupe le chaos en deux, créant deux univers-plateaux, l’un masculin (Dkakjoeïr), l’autre féminin (Dkwaïjoeïrl). De la rencontre de ces deux univers, symbolisée par le plateau de jeu, naît la pensée (la vie étant une production naturelle du chaos, ne devant rien à une transcendance). Voir Chill.

 
Escarbier

Arbre fruitier de l'Aire humaine que l'on trouve surtout le long du fleuve Pacifique, donnant des escarbes, sortes de petites cerises violettes à la chair très sucrée.


 
Flore

Voir Vie.
Quelques plantes de l’Aire humaine : Astérale, Chêne-verme, Oravier, Anandier, Cerisanier, Chivre, Citrulle, Cucume, Escarbier, Fripefeuille, Calfin, Gemmifère, Hélis, Ipis, Marquisan, Mégaficus, Mélongine, Pin-pavillon, Tensias, Urtie.

Quelques plantes de l'Aire chile : Elasme, Gibb, Odont, Hee, Huméa, Irmensul, Kizlian, Thord, Sazdeïr.

Quelques plantes de l'Aire hodgqine : Hawthf'eem, Loasjireil, Lietnu'eel, Enalareem, Rezeilreem, Wreeseil, Yiel'eem, Zeil.


 
Géologie

Science traitant de l'origine d’Omale, de son histoire, de sa forme, des matériaux qui la composent. Son domaine d’étude comprend la couche de roches et de sédiments (mais le carb, tabou, est rigoureusement exclu de son champ d’étude — voir Perceurs de Carb), l’atmosphère, l’eau des rivières, des nappes souterraines et des Lacs ; ses domaines sont la chimiophysique, la pétrographie, la minéralogie et l’hydrologie, la géochronologie, l’étude de l’érosion… mais de nombreux domaines n’ont pas de raison d’être (sismologie, volcanologie, paléontologie…). Science officiellement interdite par les Escopaliens et les Panslamistes jusqu’au XVe siècle : selon ces derniers, Omale étant l’œuvre de Dieu, il est indiscret d’étudier ses structures et ses processus géologiques. La géologie remet en question des dogmes posés par la théologie sur l’infinitude d’Omale, sa genèse, etc., et propage donc des idées hérétiques. Néanmoins, la géologie a trouvé des défenseurs, le plus souvent pour des motifs économiques (prospection minière, puisage…).

 
Hodgqin

Une des trois rehs majeures d’Omale.
1) Morphologie :
De taille comparable à celle d’un être humain, les Hodgqins sont bipèdes dont les jambes, ou pèdes, sont articulées à l’envers. Dotés d’une tête brachycéphale au visage plat, et de trois paires de bras (antérieurs, médians, postérieurs) de force différente, à trois points d’articulation prenant au milieu du tronc, prolongés d’une main crochue à double-doigt (un avant-doigt et un arrière-doigt) ; visage parfaitement symétrique, doté de narines situées à la base du cou (trois paires d’évents) et de quatre pédoncules oculaires ; peau couverte de squames ou qm'eels ; à l’image de leurs sociétés, grande stabilité mais peu de variété morphologique entre les individus.
2) Physiologie :
Trois hémicardes font office de cœur ; le cerveau n’est pas centralisé, mais des groupes neuroniques se répartissent dans les sections corporelles en ganglions cérébraux hiérarchisés, qui grossissent ou s'atrophient en fonction de leur activité psychique. Celle-ci est tributaire de l'occultation, ou qwee'm. Les os, à forte proportion de silicate d’aluminium, sont dépourvus de moelle mais contiennent des groupes de cellules-souches intervenant dans le métabolisme, et 60% des ganglions nerveux. Le corps est froid en surface. Les toxines s'évacuent par les squames lors de l'ijdeen, équivalent de la transpiration. Les Hodgqins sont trisexués (mâle, femelle et tuteur) ; leur ARN ne possède pas de squelette carboné, mais se code dans des micro-cristaux. L’alcool est un poison violent (les guerriers se frottent les écailles à l’alcool pour les durcir et les transformer en cuirasse, ou pour des scarifications). En usant d'une drogue interdite, certains Hodgqins deviennent des shadlees immortels.
3) Culture :
Les Hodgqins s'inscrivent dans un système clanique complexe codifié par le yazdee'hr, l'un de ces codes consistant à peindre ses squames (loasjireil). L'art majeur hodgqin est le yædjeen, ou art des kaléidoscopes.
Voir également : ajkidje, gwilumes.


 
Infra-monde

Chez les Humains, le terme désigne, jusqu'au Ve siècle, l'étendue de carb nu qui s'étend au-delà du Sour, hors de la Grand'Aire. Revenu à la mode mille ans plus tard.


 
Omale

Terme humain le plus utilisé pour désigner le Monde Plat, une sphère de Dyson percée aux pôles, à l’intérieur de laquelle ses constructeurs, les mythiques Vangk, ont aménagé des cuvettes atmosphérisées et pourvues d'un biotope, ou Grand'Aires. La rotation de la coquille de carb assure une pesanteur artificielle de 0,96g sur la bande équatoriale. Dans la Grand'Aire occupée par l’humanité, l’alternance des jours et des nuits est assurée par une couche de gaz constituée de molécules phototropes.


 
Omalien (système)

> Voir le document
Il se compose d'Omale (la sphère de carb), du soleil central (Héliale) et de deux planétoïdes (les Captives). D'un point de vue astronomique, le système omalien se situe dans le bras de Persée de la Voie lactée, un bras spiral voisin du bras local, à environ trente mille années-lumière du système solaire du Berceau.

 
Perceurs de Carb

> Voir le document
Secte dont le dogme proclame que les antipodes d’Omale sont un paradis terrestre, auquel on peut accéder si l'on perce l’épaisseur de carb qui forme le soubassement d’Omale. De l’autre côté vivent les Vangk, « au nombre d’un million de milliards ». Ce culte secret a produit de nombreuses branches plus ou moins mystiques selon le statut qu’elles accordent aux Vangk.

 
Reh

À l’origine, Forme Intelligente non-humaine. Le terme s’est mis à désigner toutes les espèces conscientes, humanité comprise.
Peut-être l’acronyme de Race Extra-Humaine ; la confusion entre race et espèce est ici éloquente. Une autre source fait état d’une racine chile, Rêhrh, que l’on retrouve dans plusieurs mots impliquant la notion d’altérité. Terme parfois utilisé par les panslamistes pour qualifier une communauté non-panslamiste.
Les ressemblances fonctionnelles entre rehs se fondent sur les conditions physico-chimiques en vigueur dans la Grand’Aire. Toutes sont soumises à la sélection naturelle ; leur chimie est fondée sur le carbone (la paire carbone-silicium dans le cas hodgqin) ; la reproduction est sexuée, ce mode offrant le meilleur brassage génétique envisageable ; l’alimentation en énergie est chimique (digestion) et implique donc un processus de nutrition ; les rehs ont des appendices de locomotion et de préhension, ainsi qu’un centre de commandement nerveux, situé près des organes sensoriels pour limiter les délais de décision.

 
Rezeilreem

Tapis végétal hodgqin, de la taille d'une assiette mais pouvant s'étendre sur des centaines de mètres carrés. Capable de pousser, à la manière du lichen, sur de la roche, et même sur du carb, il semble très sensible à l’altitude. Ses sacs de spores multicolores portent le nom de dreech. Certaines espèces de rezeilreem peuvent recouvrir d'autres plantes et notamment des arbres chiles ou humains.


 
   page 1 / 2 >>