Search   
 AB   CD   EF   GH   IJ   KL   MN   OP   QR   ST   UV   WX   YZ
Résultat de la recherche pour le mot : Humea 
 
Cercope

Sorte de singe hurleur des forêts chiles, cousin géant du ratsaï. La variété la plus répandue est le cercope à queue-balancier, dont le nez supporte les émanations délétères des huméas.

 
Flore

Voir Vie.
Quelques plantes de l’Aire humaine : Astérale, Chêne-verme, Oravier, Anandier, Cerisanier, Chivre, Citrulle, Cucume, Escarbier, Fripefeuille, Calfin, Gemmifère, Hélis, Ipis, Marquisan, Mégaficus, Mélongine, Pin-pavillon, Tensias, Urtie.

Quelques plantes de l'Aire chile : Elasme, Gibb, Odont, Hee, Huméa, Irmensul, Kizlian, Thord, Sazdeïr.

Quelques plantes de l'Aire hodgqine : Hawthf'eem, Loasjireil, Lietnu'eel, Enalareem, Rezeilreem, Wreeseil, Yiel'eem, Zeil.


 
Huméa

Arbre chile dégageant des vapeurs toxiques, caractérisé par ses mues d’écorce. Utilisé par les Chiles dans le cadre de leur mojrindakïr. (Nom humain : Pied-d’ornide)

 
Mojrindakïr

Programme chile d’ensemencement global. En vigueur à partir du Ve siècle, il a été utilisé jusqu’au XIVe siècle comme théorie de la guerre écologique contre les Humains et les Hodgqins. Son corollaire humain est le stadtisme. Le mojrindakïr consiste dans un premier temps à planter des forêts d'huméas, puis à en récolter l’écorce. Débitée en morceaux, celle-ci est acheminée jusqu’à la zone abiotique cible, puis les copeaux sont plantés dans le sol à raison de dix par mètre carré.
Après six mois, de la mousse est semée. La biotisation de la zone est achevée en moins d’un an. Dans les zones à ”écosystèmes étrangers”, on a appliqué cette méthode pour convertir des terres humaines ou hodgqines en terres chiles. Le mojrindakïr nécessitant une grande quantité de main d’œuvre, a provoqué le déplacement de 10% de la population chile et de 15% de la population humaine. Nom humain : PBC.
(Voir aussi : Kep tau.)


 
Oravier

Arbre très commun de l'Aire humaine à l'écorce rougeâtre, aux branches effilées et aux larges feuilles lobées. Peut pousser sur un sol maigre. Ses fruits farineux, oraves ou « pommes d'oravier », sont la nourriture favorite du bétail mais font l'ordinaire de nombreux humains. Les feuilles séchées, aromatiques, servent à la confection d'encens.
Sans que l'on sache pourquoi, l'oravier prend une teinte rouge vif au voisinage de l'huméa chile.